agence immo belgique
Publié le 26 Mars 2016 à 08h00 - 913 aff.

SCPI Malraux : oubliez la gestion locative

Une scpi malraux n’est autre qu’une société civile de placements immobiliers qui œuvre dans l’obtention et l’exploitation de biens immobiliers. Son œuvre est financé par l’appel à participation de chaque particulier voulant se lancer dans l’investissement immobilier locatif collectif. Chaque particulier est ainsi, libre d’investir dans ce projet en acquérant des parts en son sein. Il est à rappeler que cette scpi-ci possède l’atout de bénéficier d’une certaine défiscalisation. Ce genre de scpi, peuvent donc comme toutes les autres scpi, acquérir des biens immobiliers sis dans des secteurs dits sauvegardé et les mettre en exploitation au moins pour les 9 ans à venir dès son lancement sur le marché. L’investisseur particulier peut donc jouir de tous les avantages d’une scpi normale en plus de ceux offerts par le dispositif Malraux.

Les privilèges accessibles via une scpi faisant appel au dispositif Malraux

Il est avant tout plus facile d’investir dans ce genre de scpi vu que l’immobilier de haut de gamme est ici, accessible dès la modique somme de 10 000 euros. La défiscalisation perçue s’élève également à environ 18 % du capital placé, ce qui revient à acquérir une diminution d’impôt pouvant aller jusque dans les 30 000 euros. La possibilité d’ajuster le montant à placer pour réduire une valeur définie d’impôt, est également très séduisante pour les particuliers qui veulent garder le contrôle sur leur valeur d’imposition. Une fois que les parts dans ce genre de scpi, on été acquis, l’investisseur peu déjà jouir du résultat de son investissement en commençant par la réduction de l’impôt qui lui incombe dès l’année d’enregistrement de l’acquisition. Et oui, la simplicité est aussi une notion très intéressante. En investissant dans une scpi, l’investisseur peut se décharger de tous les tracas de la gestion du bien immobilier dans lequel, il a acquis des parts, en les confiant à un gestionnaire. C’est à ce dernier qu’incombe tous les soucis de rentabiliser le bien en question.de plus, la mutualisation des risques locatifs est un plus pour la sécurisation de ses avoirs. Il reste donc à l’investisseur d’attendre à ce que le gestionnaire lui verse ses parts en revenus générés par le bien dans lequel il a placé son capital, selon le calendrier de perception établi préalablement entre eux deux.

Les publications similaires de "Notre Guide"

  1. 20 Août 2016L’immobilier en Belgique, les conseils pour bien investir661 aff.
  2. 18 Juil. 2016Les caractéristiques du marché immobilier belge719 aff.
  3. 11 Juin 2016Que faut-il savoir avant d'investir dans l'immobilier ?673 aff.
  4. 13 Mars 2016LMNP : comment investir et défiscaliser ?803 aff.
  5. 11 Mars 2016Bien choisir une résidence senior887 aff.
  6. 23 Fév. 2016Qu'est-ce que la nue-propriété et l'usufruit dans une succession ?817 aff.
  7. 24 Janv. 2016L'investissement en EHPAD860 aff.
  8. 18 Janv. 2016Permis de construire loi Pinel : vers un délai plus court760 aff.
  9. 15 Janv. 2016Logement étudiant : la solution des conteneurs997 aff.
  10. 8 Janv. 2016Pourquoi l’investissement immobilier vaut mieux que la finance656 aff.